Featured image of Un nouvel algorithme divise le temps d’impression 3D par deux
On n'arrête pas le progrès !

Un nouvel algorithme divise le temps d’impression 3D par deux

Un algorithme développé par des ingénieurs-chercheurs de l’Université du Michigan permet d’accélérer la vitesse d’impression des imprimantes 3D de bureau sans affecter la qualité.

Une équipe d’ingénieurs-chercheurs de l’Université du Michigan ont rédigé un algorithme qui peut réduire de moitié le temps d’impression 3D d’un objet.

Les imprimantes 3D peuvent désormais imprimer deux fois plus vite, grâce à un algorithme logiciel rédigé par des ingénieurs de l’Université du Michigan.

La solution est tout particulièrement intéressante pour les imprimantes 3D de bureau utilisant la technologie FDM (modélisation par dépôt de fil fondu). Lorsque la tête d’impression de l’imprimante 3D dépose les couches de plastique fondu, les pièces en mouvement font vibrer la machine. Ces vibrations peuvent entraîner des erreurs lors de la création d’un objet et plus la machine imprime vite, plus elle vibre, augmentant donc le risque d’erreurs d’impression.

« Le programme, connaissant le comportement dynamique des imprimantes 3D, est capable d’anticiper les vibrations excessives de la machine et d’ajuster ses mouvements en conséquence », déclare Chinedum Okwudire, professeur associé d’ingénierie mécanique et directeur du Smart and Sustainable Automation Research Lab de l’Université du Michigan.

Les résultats ont été publiés dans le journal académique Mechatronics. L’article s’intitule « A limited-preview filtered B-spline approach to tracking control – With application to vibration-induced error compensation of a 3D printer. ». Les recherches ont été effectuées sur deux imprimantes 3D grand public, une HICTOP Prusa i3 et une LulzBot Taz 6.

university of michigan algorithm

L’algorithme répond aux besoins d’impression 3D rapide

Dans un communiqué de presse de l’Unversité du Michigan, Okwudire a rappelé les récents propos du PDG de XYZprinting, Simon Shen, qui considère la lenteur d’une impression 3D comme un frein à l’adoption plus large de l’imprimante 3D.

L’an dernier, Shen avait déclaré à TechCrunch : « nous attendons juste la prochaine évolution technologique. Si elles peuvent imprimer plus vite, plus facilement et plus précisément, plus de personnes s’intéresseront aux imprimantes 3D. Ne pas attendre quatre à six heures pour une impression, mais 40 ou 60 minutes. »

« Le programme, connaissant le comportement dynamique des imprimantes 3D, est capable d’anticiper les vibrations excessives de la machine et d’ajuster ses mouvements en conséquence ».

Le logiciel s’applique non seulement aux imprimantes 3D grand public mais aussi à certaines grosses imprimantes industrielles. Okwudire estime que l’algorithme pourra plus tard être intégré au micrologiciel des imprimantes 3D.

« En définitive, un des domaines où nous souhaiterions voir l’algorithme appliqué est le micrologiciel, le logiciel qui contrôle l’imprimante 3D en elle-même », déclare-t-il. « De cette façon, il sera intégré aux imprimantes 3D, peu importe leur taille. ».

Beaucoup dans l’industrie de l’impression 3D seront ravis de voir une adoption de masse de l’algorithme. En attendant, jetez un œil à la vidéo ci-dessous pour voir le logiciel en action.

Source : Université du Michigan

License: The text of "Un nouvel algorithme divise le temps d’impression 3D par deux" by All3DP is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International License.

Subscribe to updates from All3DP

You are subscribed to updates from All3DP

You can’t subscribe to updates from All3DP. Learn more…Subscribe

You can’t subscribe to updates from All3DP. Learn more…

Recommended for you